Zones à circulation restreinte (ZCR), questions / réponses

Pour tout comprendre sur les zones à circulation restreinte, lisez notre Foire aux questions !

Accueil > Nous connaître > L’incroyable histoire des motards en colère > La pression monte

La pression monte

vendredi 7 novembre 2003

Le chômage grimpe en flèche, la crise s’installe, les jeunes ne sont pas écoutés, les assurance triplent leurs tarifs.

C’est pas la joie ...


Majoritairement jeunes et de catégories socio-professionnelles modestes, les motards consacrent l’essentiel de leur salaire à leur passion.

Entre le carburant qui devient de plus en plus cher (depuis le choc pétrolier de 1973, le litre de super est passé de 1,25 à 3,30 F en 1980), l’entretien de la moto et l’usure des pneus, le budget s’avère de plus en plus difficile à boucler. Et d’autant plus pour certains malchanceux, premiers laissés-pour-compte de la crise, qui fréquentent assidûment les locaux de la toute récente ANPE, créée en 1967.

Les conversations de concentres s’orientent plutôt sur ces problèmes économiques, douloureusement vécus par un nombre sans cesse croissant de motards, que sur le meilleur choix en terme de guidon bracelet multipositions.

Du côté des pouvoirs publics, la lutte contre l’insécurité routière s’organise à partir de 1972 avec la création de la "Délégation à la sécurité routière". L’objectif est d’enrayer la courbe ascendante des tués sur la route, passés de 9 000 en 1960 à près de 17 0000 en 1972. Parmi ces victimes, les motards se font remarquer puisque leur nombre augmente régulièrement depuis 1970.

Pour les technocrates de la sécurité routière, l’occasion est trop belle : ils condamnent la moto sans aucun discernement, en faisant allègrement l’impasse sur l’accroissement du parc de véhicules en circulation, et en amalgamant les accidents de cyclomoteurs et de vélos aux statistiques ânonnées sur les ondes et dans les journaux.

De quoi effrayer la nation entière et particulièrement les assureurs, qui trouvent là une solide justification aux augmentations de primes (de +15 à 30% l’an). Les tarifs annoncés aux motards atteignent le triple, voir le quadruple de ceux réservés aux automobilistes. La situation atteint son paroxysme à la fin des années soixante-dix, mais le remède s’avère pire que le mal, puisque près d’un motard sur trois fait l’impasse sur la carte verte.

En 1978, un très médiatique "Monsieur Moto" est nommé, en la personne d’Yves Mourousi. Il est alors rattaché au ministère de la Jeunesse et des Sports, pour tenter d’éclairer un dossier qui devient de plus en plus brûlant au fur et à mesure que les échéances électorales approchent. Faute de moyens, et lassé par l’absence totale de coopération du ministère des Transports, il démissionnera quelques mois plus tard.

Comment aider ? Nos actions sont destinées à tous les motards. Pour contribuer à les faire vivre ponctuellement, faites un don.

FFMC Editions de la FFMC Assurance Mutuelle des Motards Association pour la formation des motards FFMC Loisirs Commission Stop Vol Commission Juridique Commission ERJ2RM - Education Routière Jeunesse Fédération Européenne des Associations Motocyclistes